dimanche 24 octobre 2010

Long Arm of the Law : Le capitalisme sauvage

dimanche 24 octobre 2010

Première réalisation de Johnny Mak, et quelle réalisation ! Intelligente, forte et crépusculaire, Long Arm of the Law / Saang Gong Kei Bing (1984) donne ses lettres de noblesses au polar moderne. L’Heroic Bloodshed pure et dure est née. Vive le polar made in HK !

Des chinois du Guangzhou passent la frontière et se retrouvent à Hong Kong où ils doivent rejoindre Tung, leur ami et complice. Leur objectif est de dévaliser une bijouterie puis de rentrer au pays avec le butin…

Long Arm of the Law est une oeuvre noire. Une œuvre coup de boule en pleine face. Que dis-je ? Un chef d’œuvre cultissime. Un polar fascinant, nerveux qui retranscrit le désespoir sans borne d’une population Mainland à l’origine des faits divers qui ont inspirés ce film à l’aspect documentaire. Des groupes d’hommes traversant la frontière entre la Chine et Hong Kong pour y braquer des bijoux puis revenir chez eux avec de quoi survivre. Ces hommes s’apparentent dès lors à des rats des champs qui viennent risquer leur vie dans la ville clinquante qu’est Hong Kong. Clinquante en apparence car le véritable visage de HK se veut tout autre : sombre et désenchanté où le seul contraste sont ces bijoux de vitrines, un rêve inaccessible pour les populations pauvres.

Avec sa caméra à l’épaule, Johnny Mak met en scène un polar nerveux, à bout de souffle à la fois brutale et explosif. Il filme les évènements pris sur le vif, dans le feu de l’action. Long Arm of the Law est une œuvre jusqu’au boutisme par son aspect sombre, violent où le suspense et la tension s’accrochent à cette histoire bien rythmée. Une réussite jusque dans ce final apocalyptique qui prend place dans les ruelles labyrinthiques des quartiers pauvre de l’enclave britannique. Long Arm of the Law se révèle une réussite d’une puissance qui n’a d’égale que ses gunfights. Une œuvre saisissante, marquante qui réalise un constat sans équivoque de Hong Kong (le règne du capitalisme) et de ces chinois pauvres qui prennent des risques incommensurables pour une meilleure vie.

I.D.

2 commentaires:

P'tit Panda a dit…

Un de mes films HK préférés !
Pour moi, c'est "LE" film qui va lancer la véritable vague des polars hard-boiled made in HK, bien avant John Woo.
Un film d'action sublime, portrait d'une époque, d'une situation politique.
Vivement le retour de Johnny Mak au cinéma !

I.D. a dit…

Pareillement. Là où d'une certaine façon un film comme celui-ci surpasse les films HK de Woo c'est pour son aspect social et politique qui fond la différence. Cette toile de fond rend l'oeuvre singulière et dépasse le simple film de gunfight. Et puis cette scène finale dans les dédales d'un vieux quartiers où les protagonistes sont fait comme des rats, juste géniale.

Je me désole en effet qu'on ne voit plus Johnny Mak. De ce fait tout comme toi, vivement son retour au cinéma !
Au même titre, je me désole de ne pas voir plus un autre cinéaste HK comme Patrick Tam Kar Ming, au talent si singulier. A ce propos, Ringo Lam aussi commence à s'abonner aux absents côté mise en scène...

Publier un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Design Blog, Make Online Money