lundi 22 décembre 2014

Les Lionnes Masquées (นางสิงห์แก้มแดง) : Nam Nao # 2

lundi 22 décembre 2014
0



Le titre français est une pure invention de ma part (et cela continuera tant que je n’aurai pas au moins un titre anglais à faire valoir). De ce fait, je l’ai baptisé de manière tout à fait libre. A noter que le réalisateur de ce film est inconnu. Mes recherches n’ont permis de connaître l’identité de l’homme derrière la caméra. Je lance par ailleurs un appel à toute personne qui pourrait apporter des informations supplémentaires.

Ces séries B thaïlandaises des années 70 et 80 notamment surnommées « nam nao » (eau croupie) par les critiques de cinéma locaux ont leur petit charme. Alors certes comme dans Les Lionnes Masquées / นางสิงห์แก้มแดง, il ne faut pas chercher du grand cinéma. Ca reste un cinéma fait à la va vite, vite expédié et remplacé par une nouvelle production. Mais tant qu’il y a un minimum de fun, je suis personnellement preneur. Alors laissons ces mauvaises langues (qui parleraient en mal de ces œuvres) et projetons nous dans ce divertissement qui mélange jolies filles masquées, manigances et compilation musicale. Et pour prendre en compte l’ampleur de cette œuvre d’exploitation qui vous attends, je vous livre un résumé du film qui (attention SPOILER !) dévoile tout ou presque.

vendredi 19 décembre 2014

Time and Tide : Suspension fluide

vendredi 19 décembre 2014
0



A l’aube du nouveau millénaire, Tsui Hark nous offre un film d’action explosif d’ingéniosité : Time and Tide / Seunlau Ngaklau (2000). L’œuvre se veut avant tout expérimentale. D’une part, le cinéaste virtuose que l’on connaît y distille tous les ingrédients du film d’action. D’autres part, il agit avec cette magnificence en cassant les règles établit et en les remodelant pour ainsi faire siennes. Il enfante alors une œuvre monumentale. Oui, rien que ça.

Tyler Yim est un jeune homme qui rêve d’évasion. Un beau jour, il couche avec une femme qui tombe enceinte. Voulant subvenir aux besoins et ainsi assumer ses responsabilités de père, il se fait embaucher comme garde du corps dans l’entreprise de son oncle. Les choses se compliquent lorsqu’ils doivent protéger un ponte de la mafia locale que des mercenaires veulent éliminer. Il fait alors la rencontre de Jack, un ex-mercenaire retiré des affaires et qui est décidé à changer de vie…

mercredi 17 décembre 2014

Almost Love : Savoir Aimer

mercredi 17 décembre 2014
0



Comédie, romance, mélodrame, voilà les ingrédients du sympathique film Almost Love / Cheongchun-manhwa (2006) du cinéaste sud-coréen Lee Han. Il signe ici son deuxième long-métrage.

Lee Ji-hwan, fan de Jackie Chan et pratiquant de Taekwondo rêve de devenir un célèbre cascadeur. Depuis de longues années, il partage une amitié sincère avec Jin Dal-rae qui, elle rêve de devenir actrice. Malheureusement, cette dernière est envahie par le trac à chaque audition. Elle ne supporte pas de se retrouver devant plusieurs personnes…

lundi 15 décembre 2014

Oeuvres de Yasujirô Ozu

lundi 15 décembre 2014
0



Présentation et avis des vestiges d’un film perdu, de deux courts-métrages d’Ozu et d’un documentaire entre 1929 à 1936.

A savoir que les films muets de 1927 à 1936 du réalisateur japonais sont au nombre de 35 dont 18 ont disparus. Quant aux films parlants de 1936 à 1962, ils sont au nombre de 19 dont 12 en Noir&Blanc.
J’ai été diplômé, mais… (Daigaku wa deta keredo) : Ce film muet en N&B d’Ozu, en partie disparu réalisé au sein de la Shôchiku en 1929 est d’une durée de 12 minutes.

Le film raconte l’histoire de M. Noda, jeune diplômé qui recherche un emploi. Il ne parvient pas à en trouver à la hauteur de ses études. Chômeur, il cache la vérité à sa fiancée, Machiko et à sa mère. Bientôt, Noda avoue à Machiko sa situation. Cette dernière est engagée comme serveuse pour subvenir aux besoins, Noda vient à l’apprendre…

vendredi 12 décembre 2014

AV : Mode d’emploi

vendredi 12 décembre 2014
2


Sympa serait le qualificatif qui nous viendrait naturellement pour juger de AV / Qing chun meng gong chang (2005) de Edmond Pang Ho-Cheung. Un comédie où l’on suit une bande d’amis qui se font passer pour des producteurs de films X. Tout ceci afin d’engager une actrice pornographique japonaise pour coucher avec elle et ainsi réaliser leur fantasme. Ils réunissent alors une somme d’argent qui leur permet de tourner un film…

AV, c’est frais. Edmond Pang s’applique dans la narration et nous montre des qualités indéniables dans la maîtrise technique dont il fait preuve. Il nous raconte avec intelligence et non sans humour les relations humaines, ici en particulier celles des jeunes, les relations amoureuses qu’ils entretiennent. Sur un ton léger alimenté par un bon rythme, le cinéaste hongkongais évite de tomber dans la vulgarité facile du teen movie. Il offre une comédie servie par un casting bien choisi, les acteurs s’en sortant plutôt bien. Il s’amuse à nous montrer une génération de jeune (étudiants) sans vrai but et qui passe son temps à glander. Une génération qu’il aime mettre en parallèle avec les générations estudiantines passées qui se mobilisaient et se battaient pour de « vraies causes ». Là, où ces jeunes ne pensent qu’à coucher avec les filles. On y décèle alors un certain cynisme dans cette façon de montrer ces relations amoureuses actuelles. Un cynisme amusé lorsqu’il détourne les codes du film de jeune, assumant ainsi de mettre en scène quelque chose « d’autre », évitant les clichés tout en les martelant par ce même détournement. Il s’en amuse et par la même occasion nous nous en amusons, notamment à travers des mises en situations qui font mouches.

AV c’est le talent à l’état brut d’Edmond Pang. Ce dernier gère tranquillement l’aspect comique et les pointes d’émotions de son film. Il sait rester drôle tout en étant réaliste (crédible) dans sa conception et son déroulement. Un moment agréable qui n’échappe pas à d’infimes petites lourdeurs, vite oubliée devant ce spectacle sympathique qui prend largement le dessus.

I.D.

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Design Blog, Make Online Money