lundi 17 août 2015

Abnormal Family : Le goût du…

lundi 17 août 2015



Abnormal Family : Older Brother’s Bride / Hentai Kazoku : Aniki no yomesan (1984), c’est un peu comme si Ozu se mettait au film érotique. Ce premier film d’une soixantaine de minutes de Masayuki Suo, oui, oui le réalisateur du gros succès au box-office de Shall We Dance ? (1996) qui a d’ailleurs eu droit à un remake hollywoodien est une parodie érotique de l’œuvre de Yasujiro Ozu.

Au sein d’une famille de la classe moyenne nippone, le frère ainé, Koichi fraichement marié à Yuriko vient vivre sous le toit familial. L’activité sexuelle des deux tourtereaux chamboule les mœurs de la maisonnée…

Avant de devenir le metteur en scène à succès qu’il est, Masayuki Suo officiait comme scénariste et assistant pour des productions érotique, travaillant notamment pour Kiyoshi Kurosawa. Avec Abnormal Family : Older Brother’s Bride, il réalisait donc un hommage appuyé tout en rose au cinéma d’Ozu. Sa mise en scène est d’un mimétisme écolier. On retrouve toutes les caractéristiques du vieil auteur, et ce, dès le générique avec sa toile peinte. On y voit donc une caméra au ras du tatami, des cadres justes qui laissent s’exprimer des acteurs, presque figés qui parlent lentement en choisissant leurs mots. Cette famille aux relents ozuesque qui est au cœur de l’intrigue se démarque de la référence classique. Elle semble subir un dérèglement qui se résumerait au facteur « sexe ». L’ainé s’envoie en l’air avec sa femme sous le toit familiale, et fait donc partager ses exploits aux autres membres. Les autres, justement : la fille (sœur) se prostitue, le cadet est un pervers. Quant au père, veuf de son état, il se rêve dans les bras d’une serveuse de bar.

Abnormal Family : Older Brother’s Bride est un essai érotique réalisé avec intelligence, et surtout un profond respect pour le travail du maître. Masayuki Suo pastiche sans moquerie et semble s’en amuser, comme nous.

Une spéciale pour une scène de fin de film où un discours qu’on pourrait qualifier de philosophique sur les choses de la vie est récité par le père et sa belle-fille, et par une unique voix, celle de cette dernière. 
I.D.

2 commentaires:

Olrik a dit…

Bon sang, ça manque de screens évocateurs ton article. La nudité est proscrite sur ton (enfin, "votre", je tiens peut-être mon explication ^^) site ? Pas très feugeants ces pixels qui bavent !

I.D. a dit…

M.I.A. est grand public. On peut pas. ;)
Sans ça, oui la qualité des images laisse franchement à désirer, rip VHS oblige. Il me semble qu'il a eut droit à une sortie DVD avec une pelloche nickel.

Publier un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Design Blog, Make Online Money