lundi 15 mars 2010

Hana-Bi : La Peinture [Rétro Takeshi Kitano, l'iconoclaste]

lundi 15 mars 2010

Un polar. Un polar avec tout ce que cela incombe. La noirceur, la tragédie, des personnages sans lendemain, désespérés mais aussi une course en avant désenchantée, Hana-Bi (1997) de Takeshi Kitano c’est tout cela à la fois. Tout cela mais plus aussi. Un road movie vers la mort splendide par sa beauté pessimiste et nonchalante.

Au cours d’une mission, le policier Yoshitaka Nishi rend visite à sa femme, hospitalisée. Les médecins lui apprennent qu’elle est condamnée. Au même moment, son ami et collègue Horibe est grièvement blessé par un malfrat qui prend la fuite…

Hana-Bi aurait pu être une réalité déformée de Violent Cop où Azuma aurait connu une autre vie, une femme malade à la place d’une sœur déficiente mais un même flic qui souffre en silence, un autiste impassible dont la violence explose avec brutalité. Des scènes, des artifices quasi-similaires (mais pas trop) associent ces deux films (la scène de confrontation au malfrat, les feux d’artifices). Un semblant parfois mais un semblant bel et bien déformée. Pourtant, il n’en ait rien. Ce Hana-Bi est une œuvre qui transpire ce qui fait Takeshi Kitano. Ce dernier applique à son œuvre des choses que le caractérisent comme la peinture et le dessin, un art qui devient un complément à l’art cinématographique qu’il s’applique avec inventivité à mettre en image. Des toiles, des dessins (les siens) qui recouvrent ce Hana-Bi, une galerie sur pellicule. Un talent qui se fait intertitre du drame qui se joue. Le conscient, l’inconscient de personnages à bout de souffle que la vie n’a pas épargné et dont le soupire s’entend en écho dans le ciel bleu ponctué ici et là de blanc, un écho résonnant sur ces vagues.

Septième film du cinéaste japonais, le clown irrévérencieux de la télévision nippone, Hana-Bi offre avec cette septième réalisation ce même personnage se sachant condamné, portant ce même fardeau lourd en souffrance. Ce même condamné arborant le masque placide d’un comédien du théâtre nô. Hana-Bi est le travail d’un homme qui suinte dans chaque plan, dans chaque scène, l’œuvre la plus aboutie, la plus représentative du cinéma nihiliste de Takeshi Kitano accompagné par une musique remplie d’émotion sobre du même Joe Hisaishi et d’un casting plein de conviction des mêmes acolytes, de Ren Ôsugi à Susumu Terajima. Avoir la chance de voir une telle œuvre, c’est avoir la chance d’assister à une magie que seul confère le cinéma, vivre une histoire à part entière du septième art, mise en scène avec une aisance et une beauté glaciale. Un cran supérieur atteint, élevant Hana-Bi sur un pied d’estale à la violence froide champ, hors champ. Un grand soupir plein de sens avant un doigt d’honneur fait à la vie. Un esprit je m’en foutiste sans règles et sans lois.

Hana-Bi est une réussite qui assure à Takeshi Kitano un regard plein d’égard aux amoureux de cinéma et qui fait de lui la confirmation d’être devenu à son tour un maître de cinéma. Un cinéaste incontournable au talent qui n’est plus à démontrer. Et pour tout cela : Merci. Merci pour tout.

Rediffusions :
Dimanche 18 avril, 17h, Cinéma 1
Samedi 5 juin, 20h30, Cinéma 1

I.D.

4 commentaires:

Xavier a dit…

Tu l'as vu durant la rétrospective? Content que tu ais aimé. J'ai toujours le coeur lourd lors de la séquence des dessins lorsque Ren Osugi se rend chez le fleuriste. Tain.

I.D. a dit…

Non, pas vu durant la rétro mais j'irai sans doute à nouveau. C'est l'un des films de Kitano que j'ai le plus vu avec Violent Cop, Sonatine et Kids return. Ce film m'a vraiment emballé. Et je te rejoins, la scène d'Osugi est très belle.
Une grande émotion se dégage des scènes de ce personnage. J'aime ce que les tableaux communiquent, les sentiments de personnages qui restent silencieux, les peintures parlent pour eux. Une autre façon de créer du cinéma muet, une façon de réinventer les intertitres.

Ageha a dit…

J'ai vu en tout 3 films avec Kitano dont 2 réalisés par lui...c'est peu.
C'est même grâce à L'été de Kikujiro, vu il y a longtemps, que j'ai commencé à aimer le cinéma asiatique.

J'ai vu Hana-bi l'année dernière sur Arte et ce film m'avait beaucoup émue, les scènes où Kitano essaie de faire rire sa femme sans aucune parole, c'est très émouvant.
Et les peintures le sont tout autant c'est vrai.

Je l'ai même enregistré, comme ça je pourrai le revoir.

Niko a dit…

Quel film!!! Moi préféré je crois avec Sonatine et Dolls. Il y a tout ce qui définit le cinéma de Kitano là-dedans, on ne s'en lasse pas...

Enregistrer un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Design Blog, Make Online Money