lundi 9 novembre 2009

Portrait de famille : En route vers mon père [Festival Franco-Coréen]

lundi 9 novembre 2009

Le jeune réalisateur Kim Young-jo décide pour son documentaire de fin d’études Portrait de famille (2007) d’aborder un sujet qui lui est personnel et cher : la découverte de l’existence d’un père qu’il croyait décédé.

Kim Young-jo souffre de l’absence de son père et développe une curiosité à son égard. Sa mère lui apprend la vérité à son sujet : il n’est pas mort et est parti à sa naissance en faisant acte d’abandon. Aujourd’hui, ce père est marié à une autre femme et a une famille. Suite à cette révélation Young-jo décide d’aller à sa rencontre…

Portrait de famille va au-delà de tout sentiment pudique. L’auteur Kim Young-jo dépasse cet état pour se mettre en scène dans ce documentaire où il est le principal protagoniste. Il fait le choix d’un sujet qui le concerne en tentant de comprendre la disparition d’un père et d’aller à sa rencontre pour le connaître et trouver réponses à des interrogations qui perturbent l’existence de l’homme qu’il est. Pour ce faire, le cinéaste se filme et filme ses proches (mère, tantes, amies…), se lançant dans une investigation qui le mènera jusqu’à l’être absent de sa vie : son père.

Pourtant, Portrait de famille interroge sur la mise en scène employée. Une mise en scène tellement présente qu’elle tue le style documentaire, donnant l’impression d’assister à un docu-fiction. On sent un naturel faussé dans sa réalisation, renforcé par un montage qui laisse peu de place à l’improvisation. A tel point qu’on se demande si Kim Young-jo ne joue pas son propre rôle au lieu d’être tout simplement lui-même. Autre chose frappe : la dextérité dont font preuve la mère et le père face caméra, totalement désinhibés devant l’objectif : sont-ils familiers du fait ? Les scènes ont-elles étaient faites et refaites à plusieurs reprises… ? Une incompréhension et un manque de spontanéité nt : comment a-t-il pu imposer l’immersion si parfaite de sa caméra au sein de sa démarche, avant tout personnel ?

On peut comprendre le montage, puisqu’il en existe comme dans tout documentaire, mais il y a ce quelque chose de perturbant dans la façon dont les protagonistes s’adressent à la caméra, sans gène, sans timidité, sans hésitation ni même rire nerveux. On a davantage de plaisir à contempler et à saisir le sens de sa démarche dans les plans où la caméra se cache, témoin discret d’une rencontre si particulière. Le sujet est délicat et l’acceptation de la caméra d’un homme qui a pour passé l’abandon d’un enfant semble difficilement crédible. Un homme, un père qui accuse 30 ans de silence et d’absence.

Ne mettant pas en doute la sincérité de la démarche de l’auteur, que ce soit d’un point de vue personnel, que dans la volonté qu’il a de révéler un sujet répandu, mal-être d’un enfant orphelin d’un parent, Portrait de famille laisse derrière lui un aspect dérangeant dans sa forme. Il n’en reste pas moins un beau projet universel qui marque indéniablement.

Diana & I.D

3 commentaires:

David Tredler a dit…

Décidément nos goûts divergent souvent au cours du festival !^^

I.D. a dit…

Ah, le Cinéma... une œuvre, plusieurs points de vues qui nourrissent la diversité et une certaine émulation ( ? ou émulsion) critique…
Bref, pour en revenir à ce documentaire, il m’a réellement posé un problème sujet au voyeurisme que l’on a écarté avec Diana qui ne rejoignait pas mon point de vue. Je ne dirai pas qu’il est allé jusqu’à me mettre mal à l’aise. Son aspect voyeuriste me dérange. Si la démarche de l’auteur est noble, les outils employés tels que cette incursion au fin fond de l’intime me gêne. On n’est pas loin d’une certaine forme d’émission de TV réalité, c’est ce que je pense et tout ceci est fortement ancré par la mise en scène « programmée ». D’une certaine manière, Kim Young-jo nous oblige à être des voyeurs et est lui-même une espèce de voyeuriste de sa propre vie, c’est compliqué d’expliquer mon point de vue avec des mots à cette heure-ci mais je ressens les choses de cette manière.
En deçà, je n’ai pas eu le même rapport « déplaisant » avec le documentaire The Moutain in the front alors même qu’il s’inscrivait dans une démarche de l’intime, celui de l’artiste Jin-kyung.

David Tredler a dit…

"Portrait de famille" est forcément très différent de la démarche de "The Mountain in the Front", dans la mesure où l'un est le cinéaste qui se prend lui même pour sujet, alors que l'autre bénéficie d'un oeil extérieur à travers une cinéaste tiers.
Je comprends que le côté journal intime perturbe, même si moi je l'ai trouvé très intéressant. L'auto mise en scène est indissociable d'un tel projet, mais n'empêche pas de se montrer très révélateur de ce qu'il met en scène.
En outre la situation de cette famille est tellement particulière, et le fils étant apprenti cinéaste, je ne m'étonne pas que chacun des parents ait accepté que fiston choisisse de filmer cela. Et de ne pas en être plus dérangés que cela, en apparence.

Publier un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Design Blog, Make Online Money