mercredi 10 février 2016

Canary : Cage

mercredi 10 février 2016

Scénariste-réalisateur de Canary / Kanaria (2005), Akihiko Shiota signait un drame prenant en toile de fond les sectes et l’impact de ces dernières sur la société japonaise et en particulier sur ses enfants. 

A la dissolution d’une secte, la mère de Koichi (Hoshi Ishida), douze ans et de sa petite sœur s’enfuie. Elle abandonne alors ses deux enfants qui sont placés en foyer. Tandis que sa petite sœur est recueillie par leur grand-père, Koichi fuit du foyer pour la retrouver. Sur sa route, il croise le chemin de Yuki (Mitsuki Tanimura), une jeune fille du même âge que lui… 


Road movie sur des pré-adolescents bousillés par la vie, Canary est un film dur et sombre qui traite aussi bien de la violence physique et morale que de thèmes comme l’inceste et la prostitution infantile. Akihiko Shiota dépeint un monde glauque où la jeunesse désœuvrée peine à trouver une échappatoire à leur maux. Car ici, il est bien question d’une fuite en avant. Koichi et Yuki tentent de fuir des évènements, un passé qui les rongent de l’intérieur. Une fuite vaine tant le traumatisme est profond et inscrit dans leur chair. Avec une maestria qu’on lui connait, Akihiko Shiota livre une œuvre à fleur de peau, même si elle n’est pas exempte de défaut (sa longueur). On sait qu’il se réfère à des évènements passés ayant ébranlé toute la société nippone, dix ans après l’attaque au gaz sarin de la secte Aum dans la métro de Tokyo. Ce traumatisme collectif, il préfère le desceller sur des enfants, vrais premières victimes des actes d’adultes. Les causes et conséquences sont montrées et apostrophent, tel que l’incommunicabilité. Ces enfants sont morts et une renaissance est peu probable compte tenu de leur situation propre. Une espèce de tristesse et solitude les contaminent. Ces sentiments, les jeunes acteurs parviennent à les communiquer avec justesse à l’écran. 

Voyage d’enfants tentant de retrouver un semblant de vie normale, Canary traite avec force de la mort de leur innocence. Un film coup de poing qui marquera un long moment. 

 I.D.

3 commentaires:

mizuki-chan a dit…

Bonjour,

Je me présente, Elodie du site http://romcom.fr. Il s'agit d'un site qui répertorie des films romantiques de différents pays, dont des films asiatiques.

Nous recherchons actuellement des partenariats pour développer notre site. Bien entendu, si vous acceptez, nous mettrons aussi un lien vers votre blog. Si vous êtes intéressé, je vous laisse mon email : elogcnice@hotmail.fr

En espérant que cette demande retiendra votre attention.

Bien cordialement.

Olrik a dit…

Découverte intéressante que tu as faite là. De Shiota, j'avais vu Gips, un film étrange avec une fille en béquilles.
Road movie, film long, film coup de poing ouais, je note ce Canary dans mes tablettes pour plus tard.

I.D. a dit…

Je n'ai justement pas vu "Gips". M'étonne pas que ce soit étrange. Le cinéma de Shiota l'est. J'avoue que ce n'est pas toujours facile d'accès.

C'est vraiment la découverte de "Harmful Insect" (grandement plébiscité par une connaissance commune) qui m'a poussé à voir celui-ci. Et comme le film vu précédemment, je n'ai pas été déçu de celui-là. Du coup, oui tu peux te le noter.

Publier un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Design Blog, Make Online Money