lundi 4 octobre 2010

Triades sur Paris

lundi 4 octobre 2010

INTRODUCTION DU "MILIEU"

Tout d’abord. Pourquoi Paris ? Et pourquoi pas un « Paris et sa région » ou bien encore « Les triades dans l’Hexagone » ? Sans doute parce que la population dont est issue cette organisation criminelle (dont nous devrions ici employé le pluriel) est essentiellement basée sur la capitale française (et aussi que le sujet est plus facile à traiter en se concentrant sur Paris et que les ramifications principales sont établies… dans la capitale). Allons-y.

Les Triades. Partons du principe que nous savons tous ce qu’est une Triade, cette institution du crime des plus organisée aux origines chinoises. Nombre de films, téléfilms, séries, livres (en tout genre) en parle. Si des fois vous aviez une lacune en terme de connaissance, n’hésitez pas à vous rapprocher d’une encyclopédie (papier ou virtuelle comme Wikipédia) qui vous l’expliquera mieux que moi.

WHO'S WHO ?On parle souvent de mafia, de cartel et j’en passe. Mafia italienne, ici. Mafia Italo-américaine, là. Yakuza au Japon par-ci. Les cartels au Mexique ou en Colombie par-là. On parle aussi des organisations criminelles russes à juste tort considérées comme « mafia ». Il arrive qu’on puisse parler de ces entités en France mais une chose est sûre rares sont les causeries sur les Triades. A tel point qu’on les voit plus comme une entité fictionnelle que réelle. Vous savez comme dans les films. Ou si elles existent, c’est à Hong Kong, Macao ou en Chine. A la limite aux Etats-Unis ou au Canada, mais ça s’arrête là. Enfin, jusqu’à ce que l’on y mette notre grain de sel, nous, Made in Asie (M.I.A. pour aller plus vite), aidé d’un homme qui représente à lui seul ce milieu en France : Alexandre Lebrun (Alex « brushing, lunettes top la classe » pour les intimes).

Les Triades ont plein de tradition à l’ancienne, ce qui apporte un côté très folklorique conférant une tendance « old school ». Du marketing pour les jeunes particulièrement matraqué par la production cinématographique qui rend la chose, comment dire « cool » (voir le diptyque Election de Johnnie To, plus récent et donc plus facile à trouver pour les rituels. Quant au « cool » qui parle aux jeunes : la série de film des Young and Dangerous).

Il existe sept grandes Triades. Trois d’entre elles sont de Hong Kong. Elles sortent par ailleurs du lot dans leur capacité à l’internationalisation. J’ai nommé : la 14K, la Sun Yee On et le Cartel Wo (également appelé Wo Shing Wo). Du côté de Taiwan ce sont : les Bambous Unis, la Bande des Quatre Mers et l’Alliance de la Voie Céleste. La Chine a enfanté le Grand Cercle, composé d’ancien militaire de l’Armée Populaire. Ils sont partout, sachez-le ! Everywhere ! Qui plus est, de « nouvelles » triades (toujours issues de la RPC) ont été révélées récemment dont : le Soleil Rouge, située dans la rive nord de la Méditerranée. En ce qui concerne cette dernière, elle ne nous intéressera pas ici bien que le Soleil Rouge vienne à déverser un flot de clandestins et de drogue sur la capitale française s’adonnant également à la contrebande de voiture.

LE 13ème ET LES AFFAIRES
Les Triades, outre leur folklore de rituels et de tatouages ont aussi quantité d’activités illicites : drogue, prostitution, extorsion de fond, fraudes au carte de crédit, contrefaçon… Mais en France, de quoi vivent-ils ? Dans les années 1980 c’était la grande foire à la drogue, en particulier de l’héroïne. Les « familles » du 13ème arrondissement de Paris écoulaient leur marchandise en se faisant des fortunes monstres. Ils étaient les nababs du Paris by night. La Triade ? Une en particulier : la 14K (oui vous savez celle qui a eu à un moment donné comme boss – Tête de Dragon – à Macao Wan Kuok-koi alias « Dents Cassés », avant que ce dernier ne se fasse arrêté avec son frère. « Dents Cassés » ? Un mégalo de première, un businessman comme on n’en fait plus, qui disait que son film auto produit sur les casinos serait mieux que celui de Martin Scorsese, Casino, qu’il considérait comme de la m****. Il est gentil. Ça a donné Casino de Billy Tang en 1998 avec Simon Yam et Alex Fong entre autre. Je fais juste remarquer qu’ils ont « contrefaçonné » le titre. Quant à la qualité du métrage par rapport à celui de Marty, passons… Un sacré bonhomme et numéro ce « Dents Cassés ». Et ce n’est pas Alexandre Lebrun qui me fera dire – sous la menace – le contraire. Bon, par contre aux dernières nouvelles sa santé n’était pas très bonne… en même temps il faut se méfier avec ces mafieux. Qu’est-ce qu’il ne ferait pas pour retrouver la liberté, n’est-ce pas ? Je vous le demande.

Reprenons. La 14K se révèle comme la Triade la plus représentée sur la capitale - enfin, à cette époque. Aujourd’hui tout est plus opaque dans un univers qui baigne dans l’opacité. Les organisations criminelles du 13ème se sont également adonnées au racket contre protection. Une équation vieille comme le monde. Lorsqu’elles tombaient sur un commerçant (ou un restaurateur, n’oublions pas que la majorité des restaurateurs hébergent de nombreux clandestins en transit) réticent et bien c’était enlèvement et demande de rançon aux familles. Avec un peu de chance, le kidnappé refaisait surface sans même que la police ne soit au courant de rien. En parlant d’enlèvement, c’était monnaie courante pour se faire un peu de monnaie et là aussi la loi du silence régnait. Il y avait aussi la traite des blanches. Les jeux clandestins et en parlant de clandestins, elles jouaient la carte de passeurs, passeurs surnommés les « têtes de serpent ». Sans oublier une autre technique : les faux tour-opérateur parvenant à obtenir des visas dans un pays de l’espace Schengen qui ne soit pas trop regardant. Mais une question se pose : est-ce toujours le cas aujourd’hui en 2010 ?

Il s’avère que les Triades bien qu’elles soient toujours présentes dans le 13ème arrondissement de Paris se soient comment dire… calmées ou en sommeil. Qu’elles se soient tournées vers des affaires plus respectables ou recentrées vers des activités telles que le jeu ou la confection de contrefaçon (bien qu’ici la concurrence soit rude). Alors oui, la prostitution est toujours là. Le trafic de drogue semble en apparence jugulé, du moins ce n’est plus l’effervescence des années 80 de la fameuse « Chinese Connection ». Quant aux rackets et aux enlèvements ? Les commerçants et autres restaurateurs (ou tout autre victime) ne se laissent plus faire et ils n’hésitent plus à faire appel à la police. La fin d’une époque. Les temps sont et deviennent durs. Là, où aujourd’hui les Triades font parler d’elles, c’est dans le quartier chinois du 11ème arrondissement et tout particulièrement à Belleville.

BELLEVILLE, NOUVEL ELDORADOUne nouvelle immigration chinoise voit le jour depuis ces dernières années sur Paris. Nouvelle immigration pour un nouveau quartier qui apporte avec elle ses us et coutumes du crime organisé. Ces « nouveaux » immigrés chinois viennent essentiellement du Wenzhou, une région de Chine. Ces « Wenzhou » ont remis au goût du jour une certaine pratique du racket et de l’enlèvement. La cible privilégiée : commerçants et restaurateurs (On ne change pas des victimes qui font gagner). En cas de refus : les mafieux enlèvent le principal intéressé en faisant pression sur la famille ou pis encore, ils kidnappent un membre de la famille en faisant du chantage à la « cible ». Mais l’enlèvement ne touche pas que le restaurateur qui nous servent les mets locaux de chez eux. Non. Il touche également les clandestins qui ont échappés à leurs passeurs (et pas que d’ailleurs). Des clandestins qui sont le plus souvent – bien malgré eux – les premiers touchés lors de conflit entre organisation criminelle. Ainsi, il peut arriver que ces nouvelles organisations mafieuses n’hésitent pas à enlever les clandestins de passeurs rivaux et ensuite de violer, violenter et par la même occasion d’utiliser ces mêmes clandestins dans des usines de confection, le plus généralement de contrefaçon jusqu’à ce que leur famille en Chine daigne à payer une rançon. Par extension, ce type d’enlèvement rejoint ce que l’on appelle le « kidnapping transnationaux par GMS ». Le principe est simple : on enlève un chinois qui se trouve à l’étranger contre rançon, demandée à la famille restée en Chine.
L’une des caractéristiques de ces Triades implantées à Belleville est la violence dont elle peuvent faire preuve. Là, où à une époque il était plus rare de voir les armes à feu de sortie, il semble que ces mafieux ne reculent devant rien et même la police nationale ne fait plus peur, c’est un comble lorsqu’on connaît notre police. En ça, on pourrait aisément les rapprocher de ces chinois du Mainland traversant à l’époque, de l’empire Britannique, la frontière avec Hong Kong pour aller y réaliser des braquages et revenir par la suite dans leur modeste campagne. Le côté rien à perdre parce qu’au bout il faut manger et faire manger la famille désignait leur mentalité. Un côté borderline donc (à voir Long Arm of The Law de Johnny Mak pour s’imprégner de l’état d’esprit).

Finalement, les affaires illicites qui gangrènent cette partie de Paris sont les mêmes qui s’opéraient jadis dans le 13ème. Ils s’adonnent aussi bien au trafic d’immigrés (là où vient essentiellement leur manne financière) que dans le jeu ainsi que la prostitution (à savoir qu’au-delà des frontières du 13ème et de Belleville, des salons de massage qui ont pignon sur rue cachent les plaisirs du sexe monnayables. N’entrant pas dans les frais de M.I.A., je n’ai pu investir ce milieu mais Alexandre Lebrun me confit que c’est : « très bien » avec son pouce levé. Nous avons pu voir également que ces criminels opéraient également dans le trafic de drogue mais là difficile de dire quelles en sont les proportions tant il est difficile d’enlever le voile qui recouvre cette activité, et la police n’y va pas en aidant. Cette dernière le dit : R.A.S. (Rien à Signaler), à qui veut-elle faire croire ça ? Pas à nous en tout cas surtout lorsqu’on voit le nombre d’affaires liées à la drogue. Le 13ème serait-il toujours de la partie d’ailleurs ? Il faut le croire. Comme quoi, rien n’est jamais vraiment fini avec des organisations comme les Triades...

CONCLUSION DU "MILIEU"Je vous le dit les Triades sont partout. Alors cachez vos enfants, fermez vos portes bien à clé et surtout pas un mot. On n’a rien vu, on n’a rien entendu. Et puis de toute façon, les Triades et la mafia n’existent pas. Tout ce qui a pu précéder ces quelques mots ne sont qu’une allégorie. Un petit amusement qui ne tient sur aucun fait concret ou révélé. Et pour les plus septiques, Made in Asie n’a rien et je souligne bien le : « n’a rien » avoir avec les Triades. Juré, craché. Connais pas et de toute façon c’est seulement dans l’imaginaire de quelques scénaristes hongkongais. Croix de bois, croix de fer si je mens, je vais au Paradis. Ce n’est pas Alexandre Lebrun qui (encore une fois) va me faire dire – sous la menace – le contraire. Lui-même est un « fake » (faux, in french) pour le plus grand amusement des ménagères et des plus vieux… les Triades ? La bonne blague !

Photo 1 : Structure pyramidale. Source HKcinémagic.
Photo 2 : Election (2005) de Johnnie To. Simon Yam avec son bol.
Photo 3 : Young and Dangerous, photo promotionnelle. Source blog HKmania.
Photo 4 : “Dents Cassées” et sa Ferrari.
Photo 5 : Alex « brushing, lunette top la classe » dans un salon de massage for sexe in Paris, Chez Lily Li Ly.
Photo 6 : Nouvel an d’une Triade au siège social de Made in Asie.
I.D.

7 commentaires:

Momotaro a dit…

C'est drôle que tu mettes un article sur les Triades, car j'ai justement écrit un polar situé dans le 13ème. A la fois très réaliste et en même temps très cinématographique (on va des Guerriers de la Nuit au cinéma de Chang Cheh en passant par un côté James Gray/La Nuit nous Appartient). Comme quoi, les grands esprits se rencontrent. ^^

D'ailleurs, je cherche des co-scénaristes amoureux du genre pour ce "truc"...

I.D. a dit…

Les grands esprits se rencontrent, en effet ^^.
L'article trainait depuis un p'tit moment dans un coin, fallait juste se motiver à bosser les photos sur photoshop. Y a juste une p'tite chose qui m'a embêté, j'ai eu beaucoup de mal à trouver des infos sur les gros caïds de la drogue des années '80 donc l'ensemble reste tout de même en surface. Ils sont discrets les bougres. ;)

Quant à ton polar, ça donne l'eau à la bouche. Je regrette qu'il n'y ait pas eu plus de réal' et de producteurs justement tentés par l'aventure de nous dépeindre (même de manière ultra-fictive) l'univers des communautées asiatiques et de la pègre qu'on pourrait lui associer (sans non plus tomber dans la caricature). Y a des choses à faire de ce côté-là. Plutôt déçu de Belleville story, le téléfilm diffusé sur Arte, il y a un moment de ça. J'ai cru savoir que c'était une bd à l'origine mais je trouve que cela ne fonctionne pas. Sinon a le droit à d'abjecte scènes comme celles présentent dans From Paris with Love, le produit Besson. Non. Y a vraiment des choses à faire et le 13ème est un terrain de jeu idéal pour ça ! :)

Un de ces quatre si tu veux, on discutera de ce "truc" pour le mettre en forme.

David Tredler a dit…

Comment vous allez morfler à MIA en écrivant un truc pareil ! Vous jouez avec la vie vous, ça va faire mal... ;)

Olrik a dit…

Eh bien, eh bien ! On se lâche à ce que je vois! Y aurait-il une influence drinkcoldienne? À la bonne heure! Cela dit un petit conseil : fais gaffe, on commence gentiment et on finit très vite comme moi à faire des articles sur des films zoo-sado-nécrophile. Autant dire qu'on finit sa vie comme un paria du net.
Olrik, "croyez-en ma vieille expérience"
PS : excellent article.

I.D. a dit…

@ David : on sait, on sait... ^^ mais la vie serait ennuyante si l'on n'y mettait pas un peu de piquant ! ;) Bon en même temps, j'ai confiance en beau-papa pour de quelconque représaille sinon on fera les choses à l'ancienne, on sortira les machettes comme dans un bon vieux polar HK. :)

@ Olrick, l'un des tauliers du hautement recommandé DC ^^. Il doit y avoir de ça même si on en est très loin en terme de qualité. Question d'expérience sans doute. Une envie que j'avais depuis un moment en faite. Par ailleurs, je t'avouerai qu'un bonhomme comme Hisayasu Satô me fascine pas mal surtout depuis ma lecture du book à Julien "Jules" Sévéon ! On n'isole pas le fait de lui donner un coup de projo' sur M.I.A. un de ces quatre. Et pas qu'à lui d'ailleurs mais après c'est comme tout. Encore faut-il voir ses oeuvres. Prendre le temps de bosser la chose, etc... et me connaissant un jour ou l'autre, je finirai en paria tout comme toi alors autant commencer, lol. :)

Une mise en bouche du sieur qui m'a bien fait triper :

"C’est typiquement le genre de film qu’on va se mater un peu péteux en loucedé, une fois que madame est partie se pieuter. Et je dois dire que même là, je ne suis jamais tranquille, toujours la peur qu’elle fasse irruption dans mon burlingue (impossible de voir de tels films au salon). Là, dans ce genre de situation, vous aurez beau expliquer que c’est pour vérifier la théorie du dasein de Heidegger dans les pinku des 90’s, vous êtes sûr de l’avoir dans la baba, et avec quelques dents en moins encore !"

Alex F. a dit…

http://izismile.com/img/img2/20091009/wtf_gifs_05.gif

I.D. a dit…

Alex, Alex, Alex F. aka "Executioners qui aime les smileys" aka "Buffalo Protecting Child, je te dégotte des p'tites perles", j'ai sauvé ce commentaire in extremis du "refus", tu sais. La prochaine fois... il est bien possible qu'on valide encore mais on ne sait jamais.
Qu'est-ce que tu veux que je fasse de CR7 ? Ce mec est irrécupérable. Il n'est même pas foutu de défendre avec la Sélection portugaise que j'ai été voir jouer l'autre jour à Porto contre le Danemark. Ce con était à 20-25 mètres de moi et tu l'entendais pleurer que ses collègues ne faisaient pas le pressing mais s'est-il regardé ? Surtout lorsqu'il gesticule au sol après un tâcle ? Je ne pense pas qu'il soit un refoulé homo-érotique. Juste un type facilement impressionnable.

Publier un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Design Blog, Make Online Money