samedi 29 novembre 2014

July Rhapsody : L’Interdit

samedi 29 novembre 2014



Avec July Rhapsody / Laam yan sei sap (2002), Ann Hui On-Wah signe une œuvre remarquable sur des thèmes universels, tels que la famille et plus particulièrement la « crise » de la quarantaine chez l’homme. On y suit Lam (Jacky Cheung Hok-Yau), mari idéal et professeur de littérature chinoise dont l’une de ses élèves, Wu (Karena Lam Ka-Yan) tombe amoureuse. Lam est quelque peu désorienté par cette attirance, d’autant plus que sa femme, Man-ching (Anita Mui Yim-Fong) retrouve le professeur dont elle était tombée amoureuse vingt ans plus tôt, et avec lequel elle avait eu une aventure.

Ann Hui signe un petit film intimiste se focalisant sur une histoire parallèle, celle de Lam et de ce qu’a vécu vingt ans plus tôt sa femme, Man-ching. Effet de miroir dont le temps reproduit presque à l’identique un évènement marquant dans un couple qui garde ses secrets, et qu’il distille à leurs enfants, chacun témoignant tour à tour. Pour ce faire, Ann Hui s’emploie à livrer peu de chose. Elle laisse parler ses personnages avant sa réalisation, des personnages qui transmettront leur secret à mesure que le film avancera, et ce, devant une caméra des plus objective qui soi.

July Rhapsody, c’est une réalisation tout en pudeur. L’auteur choisit une mise en scène fait de plans séquences, lesquels développent une émotion grandissante. Une émotion qui se pose sur un rythme lent et contemplatif. On sent des personnages tiraillés par leurs situations respectives. Un jeu sobre pour le trio d’acteur Jacky Cheung, Karena Lam et Anita Mui qui parviennent à faire éclater à l’écran ces crises qui les rongent. Toutes les incertitudes dans lesquelles ils sont plongés.

July Rhapsody pose les questions de l’adultère, de la vie en couple après plusieurs années et de sa place dans la société. Lam est tiraillé entre son amour pour sa femme et les sentiments qu’il développe pour cette étudiante issue d’un milieu aisée. Un malaise est alors palpable. Il ne comprend pas l’attirance de celle-ci à son égard. Wu est à la fois innocente et mature pour une fille de son âge. Elle a la tête sur les épaules et sait ce qu’elle veut. Quant à Man-ching, son passé la rattrape et crée des tensions avec son mari qui renforce leur malaise commun.
Ann Hui signe donc avec July Rhapsody une œuvre magnifique et parvient à puiser ce qu’il y a de meilleurs chez ses acteurs comme Jacky Cheung (connu pour son jeu caricatural et qui aurait pu tourner cette histoire au pathétique). Il en va de même pour la jeune et jolie Karena Lam au jeu juste, ainsi que l’éblouissante Anita Mui qui livre, ici sa dernière grande prestation avant de succomber d’un cancer deux ans plus tard. 

I.D.

0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Design Blog, Make Online Money