vendredi 26 décembre 2014

The Cost Guard : Folie(s)

vendredi 26 décembre 2014



Deux âmes errantes qui ont perdus la tête et évoluant dans un environnement hostile (la frontière Nord/Sud) sont mises en scène par Kim Ki-duk avec The Cost Guard / Hae anseon (2002).

Contexte du film : l’histoire prend place à la frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, le célèbre 38ème parallèle. Des garde-côtes militaires surveillent les environs pour débusquer tous espions nord-coréens qui s’aventureraient hors des limites établis. La plupart de ces garde-côtes sont des soldats qui effectuent leur service militaire, à l’image du soldat Kang qui prend sa mission très à coeur. Il rêve de tuer un espion jusqu’au soir où l’irréparable est commis. Kang tue accidentellement un civil éméché par l’alcool et qui était accompagné de sa petite-amie, Mee-young. Cette dernière traumatisée deviendra folle. Quant à Kang, il est félicité par sa hiérarchie sous les plaintes de la population. Kang ne parvient alors à se pardonner et sombre également dans la folie...

Avec The Coast Guard, Kim Ki-duk part en guerre. Avec ce drame, il ouvre les hostilités en dénonçant l’absurdité du conflit Nord-Sud depuis la séparation du pays en deux. Il y dénonce cette paranoïa existante et omniprésente, cette peur de voir le frère ennemi l’envahir, d’où une surveillance accrue à la frontière. Kim Ki-duk dénonce avec véhémence le système militaire coréen et le traumatisme qui résulte de la Guerre de Corée. Ne jamais contester les ordres. Agir sans réfléchir. Des préceptes qui amèneront à une tragédie. Cette dénonciation, Kim Ki-duk l’opère et la personnifie par un soldat, Kang. Ce dernier tue presque en transe. Il est ce soldat formaté, conditionné pour remplir sa mission. Il est d’une certaine façon déshumanisé et son acte terrible en est l’exemple même. Il vise juste et mitraille. Pour être sûr d’avoir accompli sa tâche, il va jusqu’à lancer une grenade. Kang entame alors, sans le savoir un parcours meurtrier complètement fou.

Dans The Coast Guard, outre le fait que Kim Ki-duk parvient à montrer l’absurdité du conflit qui mine les deux Corées joue également avec les paradoxes. D’un côté, les félicitations. Le soldat Kang est remercié par sa hiérarchie qui en plus de le médailler, lui permet de partir en permission. De l’autre côté, la frustration. La famille et les amis pleurent la disparition de leur proche. La population est alors enragée par cette bévue de taille, et les militaires ont du mal à la repousser. Mee-young, la petite amie en perdra la tête et finira par donner son corps à chaque soldat qui croisera sa route. Une déchéance baignée dans une ambiance malsaine et dont Kang est le porte-drapeau. Cela jusqu’à ce que la démence s’empare de lui et qu’il partage la même douleur que celle de Mee-young. Une douleur qui rend fou, ou comment l’armée participe au mal-être sud-coréen, semble nous dire Kim Ki-duk.

The Coast Guard n’est pas le meilleur Kim Ki-duk, on en ressort avec un goût d’inachevé. Le sentiment que le cinéaste n’est pas allé jusqu’au bout, d’autant plus que l’on connaît le cinéaste et l’on sait de quoi il est capable. L’œuvre souffre de quelques longueurs. Aussi, on regrettera le choix scénaristique qui concerne le traitement des deux âmes errantes qui vivent, chacune de leur côté leur folie. Achevons sur un point positif, la superbe interprétation de ces deux acteurs que sont Jang Dong-gun et Park Ji-ah (qu’on retrouva dans Souffle). Sans ces acteurs, l’issu n’aurait pas été la même. 

I.D.

0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Design Blog, Make Online Money