vendredi 19 décembre 2014

Time and Tide : Suspension fluide

vendredi 19 décembre 2014



A l’aube du nouveau millénaire, Tsui Hark nous offre un film d’action explosif d’ingéniosité : Time and Tide / Seunlau Ngaklau (2000). L’œuvre se veut avant tout expérimentale. D’une part, le cinéaste virtuose que l’on connaît y distille tous les ingrédients du film d’action. D’autres part, il agit avec cette magnificence en cassant les règles établit et en les remodelant pour ainsi faire siennes. Il enfante alors une œuvre monumentale. Oui, rien que ça.

Tyler Yim est un jeune homme qui rêve d’évasion. Un beau jour, il couche avec une femme qui tombe enceinte. Voulant subvenir aux besoins et ainsi assumer ses responsabilités de père, il se fait embaucher comme garde du corps dans l’entreprise de son oncle. Les choses se compliquent lorsqu’ils doivent protéger un ponte de la mafia locale que des mercenaires veulent éliminer. Il fait alors la rencontre de Jack, un ex-mercenaire retiré des affaires et qui est décidé à changer de vie…

Retour d’une « incursion états-unienne » mitigée, Tsui Hark revenait au pays pour (se) prouver qu’il pouvait encore faire un film d’action digne de ce nom. Si certains manient les armes avec maestria, lui, c’est avec la caméra. Son savoir-faire enclenché, un rythme déchainé insufflé et une poignée d’acteurs au rendez-vous,  Time and Tide s’inscrit comme une réussite filmique. De ces œuvres de cinéma comme il en existe peu. Tsui Hark fait preuve d’une démonstration technique hors norme. Une nouvelle fois, il met tout le monde d’accord. Il montre qu’il est un créateur de génie. Celui qui contrôle le mouvement et qui a souvent eu un train d’avance sur nombre de ses confrères ; et on ne peut rester que baba face aux scènes d’actions qu’il met en image. Il dépouille le fond pour faire éclater la forme, plongeant alors le spectateur dans la tourmente, à l’image de Tyler.

Time and Tide serait un ovni cinématographique à en juger tant le film surprend à changer d’humeur. Tsui Hark joue sur une mise en scène virevoltante, et il excelle le bougre. Il est constamment en mouvement, comme si l’expérience américaine l’avait ramolli et qu’il se sentait le besoin de bouger pour se sentir vivre. Malheureusement, un petit hic persiste et non des moindres : l’histoire. L’esthétique est surprenante, certes et l’on peut aussi comprendre pourquoi le public n’a pas été au rendez-vous, même avec le beau gosse de service à l’affiche qu’est Nicolas Tse. Le récit est trop brouillon et se perd, aussi chaotique que cette mise en scène grandiose, mais qui elle est maitrisée. Sans ça, rien à redire, même de ces acteurs plutôt passables qui brillent grâce à l’ensemble. Notons sinon, la partition sonore travaillée qui accompagne remarquablement les séquences qui se succèdent.

Tsui Hark serait un tantinet mégalo d’après sa réputation et à la vue de ce Time and Tide, il peut se le permettre. Time and Tide, film d’art qui s’essaie again and again…? 

I.D.

4 commentaires:

Olrik a dit…

Grand souvenir de ce film vu au cinéma. Tellement enthousiaste que j'ai même récupéré à la suite des albums de Wu Bai, l'acteur/rocker du film dont on entend certaines chansons.
Totalement brouillon mais c'est un peu le défaut habituel de Tsui Hark et cet aspect m'a bien moins gêné que pour d'autres films. Sans doute parce que la forme, grisante à souhait, m'a paru sur le coup bien plus importante que le fond.

I.D. a dit…

Oui cette époque où les cinémas diffusaient encore des films HK... (dit-il un peu aigri de l'état des sorties actuelles).
Dis donc sinon, sacré enthousiasme ! Aller choper les albums de Wu Bai, c'est quelque chose. J'ai jamais fait. Un peu de mal à franchir le pas lorsque j'apprécie un acteur multi-casquettes.
Quant à ce film-ci en particulier, on est d'accord.

Olrik a dit…

" Un peu de mal à franchir le pas lorsque j'apprécie un acteur multi-casquettes."

Moi aussi mais j'avoue que la chanson "Adios Cucaracha" m'a bien donné envie de découvrir le rock de Wu Bai. Bien plus recommandable que l'oeuvre musicale de Nicholas Tse (enfin j'imagine... je ne pense pas trop me tromper en écrivant cela).

I.D. a dit…

Nic Tse ? Ouais, il y a des chances (on risque pas grand-chose à dire que c'est du même niveau que "son" pote acteur/rappeur Edison Chen).

Publier un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Design Blog, Make Online Money