vendredi 13 août 2010

Tears : No future

vendredi 13 août 2010

Drame sud-coréen du cinéaste Im Sang-soo, Tears (2000) s’intéresse à la jeunesse désoeuvrée des quartiers chauds de Séoul avec un regard sans concession c'est-à-dire sans jugement aucun de la part de l’auteur, juste un regard neutre comme une peinture urbaine désenchantée.

Un soir, Chang, un orphelin violent vivant dans la rue tente avec ses amis d’abuser d’un groupe de fille. L’un d’eux, Han est un fugueur qui a choisi cette vie de marginal et qui erre inlassablement dans les rues de la capitale. Il aide une jeune fille, Sari à s’enfuir. Cette dernière passe son temps à se balader en moto lorsqu’elle ne se défonce pas au gaz. Il la rencontre à nouveau et s’engage alors entre les deux une relation platonique. Ils vont partager une amitié mouvementée avec Chang et sa petite amie, Ran qui se prostitue…

Tears nous emmène dans les tréfonds d’une jeunesse désespérément abandonnée qui s’abandonne aux jeux dangereux de la drogue et de la petite délinquance. On y suit quatre personnages à la dérive qui ont pris la voie de la marginalisation. Han et Ran ont choisi ce mode de vie en fuyant leur foyer respectif dans lesquels ils étouffaient. Quant à Chan et Sari, ils n’ont pas eu ce choix, la vie les y a obligée. Tout y est cru et dure dans cette œuvre d’Im Sang-soo qui s’emploie à dépeindre la réalité d’une survie chez la jeunesse sud-coréenne des bas quartiers. La violence, le viol, la prostitution (se prostituer, faire prostituer l’être aimé) appartiennent à un style de vie d’une jeunesse en perdition qui ne tente tout bonnement qu’à vivre. Pourtant tout semble contre eux, l’incompréhension des autres (les adultes), le destin qui s’en mêle (le temps d’une échappatoire, même la mer est sale comme leurs quartiers), ils semblent condamné à la survie, sans aucune échappatoire, sans modèle et sans repère qui leur permettrait de prendre le pas d’une meilleur vie.

Tears marque par la force des images et une réalisation qui prend le parti du numérique. Ce parti-pris rend l’œuvre des plus réaliste en prenant les mouvements, les faits sur le vif, une course contre l’ennui qui s’immisce insidieusement dans la survie de ces quatre jeunes. Le numérique rend ce côté sale et granuleux par moment qui inévitablement colle à son sujet ; celui du comportements déviants perdus dans leurs lieux de vie entre lassitude et débrouille. Le portrait de cette jeunesse qu’Im Sang-soo réalise est sans appel et ses sujets qui prennent place à la veille du 21ème siècle ne donnent aucun espoir sur le nouveau millénaire qui s’ouvre. L’interprétation des acteurs et actrices de cette œuvre en est pour beaucoup. Elle donne toute la dimension à ces personnages ancrés dans notre réalité en parvenant à rendre à l’écran ce côté « vrai », de vraies situations pour de vrais sentiments avec une véritable mise en scène maîtrisée et juste.

Im Sang-soo avec son deuxième long qu’est Tears nous emmène donc dans les méandres d’une jeunesse esseulée qui ne manquera pas de rester un moment dans les têtes après visionnage. Revoir aujourd’hui cette œuvre après l’avoir découvert au Festival de Paris Cinéma en 2003 ne perd en rien de sa force évocatrice et continue d’une certaine manière à hanter les pensées.

I.D.

0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Design Blog, Make Online Money